Des prévisions de bénéfices qui se redressent lentement

L’indice des prévisions de bénéfices sur 12 mois du SMI a retracé l’intégralité de la baisse provoquée par la pandémie. La dynamique reste toutefois modeste, avec un taux de croissance en glissement trimestriel de +4,7% (contre +14,7% pour le CAC40, +11,6% pour le Dax et +15% pour le FT100). Alcon, Geberit, Givaudan, Holcim, Swiss Life et Partners group sont les seules valeurs dont les prévisions de bénéfices ont dépassé les niveaux d’avant la pandémie. A l’opposé, les prévisions de bénéfices sur Credit Suisse et Lonza sont toujours orientées à la baisse.

Un niveau de P/E excessif

Mesurée à l’aune du P/E à 12 mois, les actions du SMI apparaissent chères. Le marché paye actuellement 23,3 fois les prévisions de bénéfices sur les 12 prochains mois. C’est un peu moins que les 25,5 de début juin, mais ce niveau de valorisation nous semble toujours excessif au regard du faible momentum sur les prévisions de bénéfices.

Une aversion pour le risque trop faible

Concernant la prime de risque prospective du marché suisse, celle-ci semble avoir atteint un plancher critique à +6,98%. C’est un niveau extrêmement bas par rapport au point haut de mars 2020, époque où la prime tournait autour des 13%.
Avec une prime de risque aussi éloignée de son niveau moyen, il est légitime de s’attendre tôt ou tard à une baisse des actions qui ramènerait la prime vers sa moyenne de long terme à +8,95%. Malgré tout, d’autres facteurs peuvent faire monter la prime de risque comme une amélioration des perspectives de bénéfices ou la baisse du taux sans risque. Toutefois, la configuration actuelle de ces deux autres facteurs ne nous permet pas de l’envisager.

Nous estimons qu’une remontée du SMI à 12500 points constituerait un niveau intéressant pour prendre des bénéfices.

© Copyright TrendFi 2021 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.