La configuration actuelle des actions américaines est très similaire à celle qui prévalait en janvier 2018. A cette époque, nous avions signalé le risque d’une forte correction des indices boursiers. En ce début d’année, nous constatons un faisceau d’indicateurs qui laisse entrevoir le même scénario :

1) Alors que le niveau du SP500 se situe à un plus haut historique, le taux de croissance des prévisions de bénéfices des actions qui le composent (Next 12 month), est encore négatif. En glissement annuel, il évolue actuellement sur un rythme de -6% contre +16% pour le niveau de l’indice.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la progression du SP500 a été trop rapide par rapport à celle des prévisions de bénéfices !

2) Nous l’avions déjà indiqué dans un précédent post (Cf. T-Notes : un signal précurseur pour les actions américaines), l’évolution des taux d’intérêt n’est pas de nature à envisager une poursuite de la hausse des actions. Tout comme en janvier 2018, le rendement des emprunts d’Etat américain est remonté au-dessus de ses moyennes mobiles de référence. Il vient même d’atteindre le niveau de 1% !

3) Mesurée à l’aune du P/E prévisionnel, la valorisation des actions américaines n’est plus justifiée. Le P/E du SP500 s’élève à 25x les prévisions de bénéfices à 12 mois, un niveau qui nous paraît très excessif, compte tenu de la hausse des taux d’intérêt et d’un taux de croissance des prévisions de bénéfices encore négatif.
On pourra remarquer que le marché a commencé à prendre en compte cet excès, dans la mesure où le P/E a cessé de progresser alors que le SP500 a continué de grimper.
Cette divergence montre que les investisseurs ne sont plus disposés à payer aussi cher qu’auparavant les actions américaines.

4) Les indicateurs de sentiment de marché confortent également le scénario d’une correction des actions américaines. Que ce soient le niveau du consensus haussier, des indicateurs de participation, du ratio put/call, du solde des positions spéculatives ou encore du niveau de la prime de risque, tous indiquent qu’il est temps de devenir contrarien.
C’est le cas notamment du sondage réalisé chaque semaine par l’Association Américaine des Investisseurs individuels (AAII). Fin octobre 2020, le pourcentage des opinions haussières dépassait le pourcentage des opinions baissières, pour atteindre, quelques semaines plus tard, un niveau de 56% contre seulement 19% pour les baissiers.
Avec actuellement un solde positif de 20%, le sentiment des investisseurs individuels américains nous apparaît trop optimiste !

© Copyright TrendFi 2021 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.