L’augmentation des surtaxes douanières imposées par les Etats-Unis à Airbus pourrait constituer l’élément déclencheur d’une correction sensible du titre (-15%) . Un scénario que renforce la configuration négative de plusieurs indicateurs boursiers.

C’est le cas du rythme de croissance des prévisions de bénéfices à 12 mois qui donne des signes de ralentissement. Celui-ci est revenu à 29% contre un plus haut à 34,5% en septembre dernier.
On notera également la présence d’une divergence baissière entre le rythme de croissance des BPA et les cours de Bourse qui ont continué de progresser.

C’est également le cas de la prime de risque d’Airbus dont le redressement depuis quelques mois indique une montée de l’aversion au risque. Là aussi il y a divergence puisque la prime n’a pas réalisé de nouveaux plus bas alors que les prix continuaient de progresser.

Enfin, avec un P/E next 12 months à 18, la valorisation boursière d’Airbus reste relativement élevée. L’incapacité de cet indicateur à remonter sur le haut de son enveloppe indique que les investisseurs ne sont plus disposés à payer le titre aussi cher qu’en 2018.
Compte tenu de la montée des risques, le scénario d’un retour du P/E sur son enveloppe basse située à 15, est loin d’être exclu. Toutes choses égales par ailleurs, cela ramènerait le cours de Bourse d’Airbus dans la zone des 100/105€

© Copyright TrendFi 2020 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.