La dégradation des indicateurs macro-économiques et des prévisions de bénéfices n’a pas entrainé de corrections majeures des Bourses. Après une simple pause estivale, les indices sont repartis à la hausse, faisant fi des risques de récession de l’économie mondiale.

Il semble bien que nous ayons sous-estimé le retour de l’optimisme des investisseurs. En survenant quasiment au même moment et dans un contexte visiblement trop pessimiste, l’annonce d’un Brexit repoussé aux calendes grecques, la baisse des taux directeurs de la FED, la reprise du Quantitative Easing de la BCE, l’espoir d’un possible dénouement du contentieux commercial sont autant d’éléments qui ont rallumé l’intérêt acheteur des investisseurs, notamment américains.

Ce retour à des anticipations plus positives s’est également nourri de la présence d’un niveau élevé de cash dans les portefeuilles et les fonds d’investissement, comme l’avait très bien détecté les équipes de la Bank of America Merrill Lynch Global Research.

On a alors pu assister, ce que nous avions en revanche bien anticipé, à une rotation sectorielle en faveur des valeurs sous-valorisées ou à dividendes élevés.

Concernant le CAC40, cette rotation sectorielle lui a permis de s’affranchir de certaines résistances graphiques et de dépasser ses plus hauts de 2018. Pour autant, ce nouveau potentiel de hausse paraît limité au regard de la valorisation des actions.

Avec un niveau de 18,9 le P/E à 12 mois de l’indice parisien n’a jamais été aussi haut depuis que nous le calculons en 2004 (Cf. chart ci-après). Sur les 40 valeurs de l’indice, il y en a actuellement 11 dont le P/E prévisionnel est supérieur à 20 !

Après une sous-valorisation excessive fin 2018, il semble bien que le marché soit sur le point de commettre un excès dans l’autre sens. Il pourrait accepter de payer en moyenne 20x les bénéfices à 12 mois des actions du CAC40, ce qui permettrait à l’indice, toutes choses égales par ailleurs, de remonter vers 6200 points.


© Copyright TrendFi 2019 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.