La conjoncture boursière des actions indiennes s’est nettement dégradée depuis le début de l’année. Il faut dire qu’après avoir vu son cours multiplié par 4,5 en dix ans, l’indice phare de la Bourse de Bombay est très certainement arrivé à la fin de son bull market.

Notre analyse nous indique que le potentiel de hausse sur les actions indiennes est épuisé à horizon 6/12 mois, alors qu’un risque de correction de l’ordre d’au moins 20% est de plus en plus probable.

Concernant l’aspect macro-économique, l’Inde n’échappe pas au ralentissement de l’économie mondiale. La croissance de son PIB est passée de 8,2% au Q1 2018 à 5,8% au Q4 2018. Les perspectives ne militent guère pour un redressement dans la mesure où l’indice de confiance des consommateurs indiens et celui du climat des affaires sont tous les deux orientés vers le bas. Avec un dernier chiffre de l’inflation à 8,59% pour le mois de juin et un taux d’inflation au plus haut depuis 6 ans, la photographie de la conjoncture ne s’en trouve pas vraiment améliorée.

Du côté micro-économique, la configuration apparaît mitigée.
Elle est positive du côté de la croissance des bénéfices des sociétés de l’indice SENSEX, avec un momentum des bénéfices next 12 months qui apparaît plutôt résilient ; il tourne autour de 13% depuis le début de l’année, ce qui en fait actuellement, avec celui du Nasdaq, le taux de croissance le plus élevé des indices internationaux.
En revanche, les actions indiennes sont encore chères. Le marché paye actuellement 18x les BPA des 30 actions du SENSEX. C’est un niveau très élevé par rapport au P/E des actions du BRIC100 lequel se situe actuellement à seulement 10,5x les BPA next 12 months.
Avec la baisse du P/E depuis son plus haut de 2018 à 23x, il semble toutefois que les investisseurs ne soient plus disposés à payer les actions indiennes aussi chères qu’auparavant et qu’un niveau de 15x se justifierait davantage.

Mais le point faible de la Bourse de Bombay se trouve dans le sentiment de marché, notamment l’évolution de l’aversion au risque. On peut constater qu’au mois de juin dernier, l’indice SENSEX a réalisé un plus haut historique qui n’a pas été validé par une nouvelle baisse de la prime de risque next 12 months (Cf. chart ci-après). Cette dernière s’est nettement redressée depuis septembre 2018, passant de -2,8% à -1,8%

.

Après plusieurs années de baisse de la prime de risque, on assiste ainsi à un début de remontée de l’aversion au risque sur les actions indiennes. Le franchissement de plusieurs seuils graphiques importants et les incertitudes sur la question du Cachemire devraient accélérer la remontée de l’aversion au risque et conduire à la correction de l’indice SENSEX.

© Copyright TrendFi 2019 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.