Pour répondre à cette question, nous analysons pour l’indice EuroStoxx50 et l’indice EuroStoxx Small, les trois indicateurs suivants : croissance des prévisions de bénéfices, P/E prévisionnels et prime de risque prospective.

L’analyse comparative montre que si les P/E et les primes de risque sont quasi identiques, ce n’est pas le cas de l’orientation des prévisions de bénéfices à 12 mois.

En effet, avec un P/E de 14 pour les large caps et 14,3 pour les small, les valorisations des deux classes d’actifs sont pratiquement identiques. Même constat pour les primes de risque puisque l’écart entre les deux s’affiche à seulement -0,1%.

La différence notable tient dans l’orientation des prévisions de bénéfices qui diverge et dans leur taux de croissance en glissement annuel. Alors que les prévisions de bénéfices sur l’indice EuroStoxx50 sont toujours orientées à la hausse depuis le signal de juillet 2016 (+1,6%), ce n’est plus le cas pour les small caps puisque cet indicateur s’est orienté à la baisse depuis octobre 2018 et affiche un repli de -1,9% depuis le début de l’année.

En raisonnant à partir des taux de croissance en glissement annuel, il n’y a pas photo puisque la croissance des prévisions de bénéfices des large caps est nettement supérieure à celle des small caps : +5,4% en moyenne pour les premières contre -4,4% pour les secondes (Cf. chart ci-après).

Conclusion ?

Selon nos observations des 15 dernières années, à P/E identique, lorsque la croissance des bénéfices prévisionnels des large caps passe au-dessus de celle des small caps, c’est une perspective positive pour les large caps qui auront tendance à surperformer les small caps, et inversement. Dans la mesure où l’écart continue d’augmenter, la phase de surperformance de l’indice EuroStoxx50 sur l’EuroStoxx Small devrait se poursuivre.

Copyright TrendFi 2019 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.