Comme nous l’avions anticipé, la vive progression des rendements des T-Notes a eu raison des velléité haussières des actions américaines et le phénomène de distribution que nous avions repéré sur les indices s’est déclenché. Il reste maintenant à essayer d’estimer le potentiel de cette correction. S’il est trop tôt pour envisager un retournement du bull market, dans la mesure où les fondamentaux, tant macro que micro demeurent positifs, la hausse des primes de risque que l’on constate depuis le début de l’année permet de penser que la correction n’est pas encore terminée.

Concernant le CAC40, le marché paye 16x les bénéfices des sociétés du CAC40 pour les 12 prochains mois. Or la moyenne historique de ce ratio tourne plutôt à 14x avec des excès à la baisse. Souvenez-vous de la crise grecque de 2011 où le P/E était retombé à 10x, tandis qu’au plus fort de la crise des subprimes, il avait même enfoncé le seuil des 9x !

En tablant sur un retour à la moyenne, le potentiel de baisse du CAC40 ressort à 12% (toutes choses égales par ailleurs, c’est à dire ici en supposant une stabilité du taux de croissance des bénéfices). Cela correspondrait à un niveau de 4550 points pour le CAC40, à horizon 6 mois.

© Copyright TrendFi 2018 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.