Trop forte valorisation pour l’immobilier parisien

© Copyright TrendFi 2022 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.

Les derniers chiffres publiés par les notaires parisiens concernent le second trimestre 2018. On y apprend qu’à 9300 € le m², le prix moyen des appartements anciens à Paris intra-muros n’a jamais été aussi élevé. Avec des prix qui ont été multipliés par plus de quatre en l’espace de 20 ans, il est légitime de se demander si cette tendance haussière va encore se poursuivre.

Or en observant le rapport entre le prix moyen d’un appartement et le loyer annuel moyen (P/L ratio), que notre bureau d’études calcule à partir des données compilées par les notaires parisiens et par l’OLAP (Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne), on constate que celui-ci a dépassé son sommet du quatrième trimestre 2011 (Cf. chart ci-après). Avec un niveau de 33,9 (il faut dorénavant près de 408 loyers mensuels pour amortir son appartement parisien), le ratio se situe très clairement en situation de valorisation excessive.

Si l’immobilier ancien parisien bénéficie toujours de taux d’intérêt attractifs, les prix élevés, le manque d’offre et une législation fiscale devenue un peu moins favorable devraient contribuer à affaiblir la tendance. Le scénario d’une consolidation des prix prend forme et pourrait débuter en 2019.

© Copyright TrendFi 2018 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.

Graphiques précédents

INDICE CAC40 : les risques baissiers s’éloignent

INDICE CAC40 : les risques baissiers s’éloignent

L’horizon semble s’éclaircir sur les actions françaises. Enfin, c’est surtout le sentiment des investisseurs, via l’amélioration de leurs anticipations, qui a permis au marché de se redresser. Des anticipations concernant un ralentissement de la hausse des taux, en...

lire plus
ACTIONS AMÉRICAINES : le rebond reste fragile

ACTIONS AMÉRICAINES : le rebond reste fragile

Après que plus de la moitié des sociétés du SP500 aient publié leurs comptes pour le troisième trimestre, le constat apparaît partagé : si les résultats restent globalement conformes aux anticipations des analystes financiers, les perspectives pour 2023 se dégradent...

lire plus
BUND ALLEMAND : le dégonflement de la bulle n’est pas achevé

BUND ALLEMAND : le dégonflement de la bulle n’est pas achevé

Parti d’un sommet à 9,15% en 1990, le rendement nominal des emprunts d’Etat allemand à 10 ans a suivi un long bear market pour tomber dans une phase de rendement négatif à partir de 2019. Sur le contrat à terme du Bund, le départ de la bulle spéculative est visible à...

lire plus