Dans le dernier rapport du sentiment du consommateur américain de l’Université du Michigan, l’indice général est ressorti à 96,2 pour le mois d’août, contre 97,9 le mois précédent.

En revanche, la composante concernant le timing d’achat d’une maison individuelle (Buying Conditions for Houses) a chuté à un plus bas de l’année pour s’établir à 129 contre un plus haut de 144 en avril dernier. Il faut remonter à décembre 2008 pour retrouver un chiffre aussi faible.

La baisse des acheteurs potentiels va continuer à peser sur le nombre de transactions de maisons anciennes. Pourquoi pouvons-nous en déduire qu’il y a un risque sur l’immobilier américain ? Parce que depuis un an, les volumes échangés sur les maisons anciennes aux Etats-Unis sont en légère baisse alors que les prix continuent de grimper. Autrement dit, nous sommes face à une configuration où les prix montent dans des volumes qui diminuent. La hausse des prix de l’immobilier ancien n’est donc pas due à une augmentation de la demande, mais à une diminution de l’offre, une configuration typique des fins de bull market.

Or la composante du sentiment du consommateur sur les conditions d’achat des maisons est un excellent indicateur avancé de l’évolution des transactions sur les maisons. Celles-ci devraient donc continuer à baisser et fragiliser la hausse des prix de l’immobilier américain qui vont finir par se retourner à la baisse.

© Copyright TrendFi 2018 – Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.